Aller au contenu principal

Mayotte française, le combat n’est pas terminé !

3 février 2019
Océan Indien / Indianocéanie

Source inconnue

Je n’écris plus que très rarement, je ne vote plus non plus, mais pour en expliquer les raisons, il faudrait un autre article.

Si je prends la plume aujourd’hui, c’est pour réagir à l’intervention du député communiste Jean-Paul Lecoq à l’Assemblée Nationale à la fin de ce mois de janvier, et qui, lors de son intervention, en appelle je cite : « à la décolonisation de Mayotte ».

Réagir à cette sortie n’est pas simplement un cri de colère, mais c’est un devoir. Un devoir vis à vis des anciens qui se sont inlassablement, et à contre-courant de l’histoire, battu pour rester français, battu pour rester libre.

Un devoir vis à vis de mes enfants à qui, au-delà des mots qu’on utilise pour leur désigner les valeurs qui nous animent, il faut aussi montrer qu’on n’a pas que de la gueule mais que notre action s’inscrit dans le prolongement du verbe.

Un élu du Palais Bourbon, l’antre de la représentation nationale, me balance donc en pleine face que je ne devrais plus être français.

En premier lieu, je suis toujours très surpris de voir l’aplomb avec lequel certains politiciens s’expriment sur des sujets dont il ne connaissent strictement rien. Ce député n’a jamais mis les pieds à Mayotte, il n’a jamais mis les pieds aux Comores, et son intervention est bourrée d’erreurs. Mais ce n’est pas ses erreurs que je veux relever, son intervention est d’une faiblesse intellectuelle affligeante, alors que le débat doit être porté à un autre niveau.

Le député oppose une position humaniste à une position mercantile et cynique.

Je suis humaniste, mais ma vision de l’humanité n’a rien à voir avec celle de ce député. Pour moi, l’humanité dans ce cas précis est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes…Et à Mayotte, la Marseillaise on ne la siffle pas, à Mayotte, la Marseillaise on la chante.

C’est fou de vous entendre me dire que je ne devrais plus être français, alors que vous appartenez à un mouvement politique qui soutient le retour en France des djihadistes français partis en Syrie et en Irak, pour qu’ils puissent être jugés « équitablement ».

Alors que vous avez combattu François Hollande sur la question de la déchéance de la nationalité dans les cas de terrorisme avéré.

Et si vous faisiez preuve d’honnêteté intellectuelle, vous devriez aussi appeler à larguer la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, la Polynésie française pour ne citer que ces territoires ultra-marins.

Pour votre culture générale, vous remarquerez que je n’ai pas mentionné La Réunion. Vous pensez probablement qu’il s’agit d’un oubli. Non, pour l’île de La Réunion c’est différent, elle était inhabitée lorsque les premiers français y ont débarqués.

Mayotte est française depuis 1841. Avant Nice et la Savoie. Et depuis, les mahorais ont systématiquement affirmé leur volonté de demeurer français. Et vous leur crachez à la figure qu’ils ne sont qu’une erreur de l’histoire ! Monsieur le député, vos propos sont médiocres, honteux, et une trahison à la nation.

Monsieur le député, vous êtes en train d’expliquer que les mahorais sont moins français qu’une personne rentrée illégalement sur le territoire national il y a une dizaine d’années, et qui depuis, a vu sa situation régularisée. Vous êtes en train d’expliquer que les mahorais sont moins français que les franco comoriens installés à Marseille et qui réclament le rattachement de Mayotte aux Comores sans pour autant renoncer à leur double nationalité. Monsieur le député, vous êtes un dindon de la farce.

Ne vous détrompez-pas, j’aime les Comores et les Comoriens, et je leur souhaite le meilleur. Mais il ne s’agit que d’une posture politique d’affirmer que les difficultés connues par les 3 autres îles de l’Archipel le seraient parce que Mayotte a emprunté un chemin institutionnel différent.

Ne vous détrompez-pas non plus, si les mahorais demandent un jour leur indépendance ou leur rattachement aux Comores, je m’inclinerais.

J’aime les Comoriens. J’aime aussi les Malgaches, les Mauriciens, les Réunionnais et les Seychellois. Mon père Michel, comme d’autres, soutiennent depuis longtemps le concept d’Indianocéanie. Cette région du monde qui regroupe les pays et territoires du Sud-Ouest de l’Océan Indien. Une région du monde qui n’est pas l’Europe, qui est d’une incroyable richesse et dans laquelle la diversité et les particularités se complètent et en font la force. Dans laquelle des territoires comme Mayotte et La Réunion peuvent à la fois afficher une différence par rapport à la France métropolitaine et l’Europe continentale, tout en revendiquant leur statut français dans cette région du globe.

Est-ce une position mercantile et cynique ? Peut-être ! Mais on s’en fout ! Dans quel monde il vit le bisounours Lecoq !?

Monsieur le député, allez expliquer votre théorie à l’Angleterre et au Commonwealth…Espèce de guignol !

Malgré le Brexit, l’histoire montrera une Angleterre demeurée grande puissance, là où la France risque de ne devenir qu’un musée pour les touristes chinois.

La France ne sait pas capitaliser sur ses territoires ultra-marins, ce n’est pas une raison pour renoncer. Je m’y refuse.

Je pourrais continuer mon article en développant cette théorie. Je parlerais notamment de la ZEE française et des innombrables opportunités qui en découlent. Mais si je me fis à votre pâle pensée, ben oui, le fait que la France possède la 2e plus grande ZEE au monde ça ne comptera pas dans les prochaines décennies…Espèce de guignol !

Sans cette présence ultra-marine, l’influence française dans le monde continuera de s’effondrer contre les attaques incessantes des chinois, des américains ou encore des russes. Ah mais c’est vrai, eux ils font preuve d’un humanisme exemplaire en Afrique…

Et sans cette influence, pas de problème, on pourra quand même conserver notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, ou encore maintenir l’accord de coopération militaire signé avec l’Inde en 2018, et dont Jean-Paul Virapoullé a encore fait la promotion lors du débat cette semaine entre le Président Macron et les élus ultra-marins.

Il est vrai monsieur le député, que les enjeux géostratégiques des prochaines décennies ne se joueront pas dans l’Océan Indien…Ce n’est pas comme si dans l’Océan Indien il y avait le Moyen Orient, l’Afrique de l’Est, l’Inde, le Pakistan, et une partie de l’Asie…Espèce de guignol !

Quelle tristesse de voir notre pays dans les mains d’une pensée aussi étroite et sans vision. Quelle tristesse d’assister impuissant à cette déliquescence de l’esprit français.

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :