Skip to content

Najat, je ne te veux pas dans mon plumard !

26 janvier 2014

Najat Vallaud-BelkacemNajat, je suis vraiment désolé, mais je suis déjà marié, je suis heureux et fidèle, notre foyer familial est épanoui…Alors n’insiste pas ! Je ne te veux pas dans mon plumard !

Pourquoi reviens-tu à la charge avec une nouvelle tentative (ton projet de loi) de créer l’égalité parfaite entre les hommes et les femmes ?

Bon c’est vrai, c’est encore ma blonde qui s’occupe très majoritairement de la maison et des enfants, me laissant à des activités davantage à ma portée comme sortir les poubelles, accrocher les cadres, chasser les rats ou encore tondre la pelouse…Toutes ces activités pour lesquelles le raffinement féminin dont je suis totalement dénué n’est pas vraiment utile.

Mais je t’assure, je n’ai pas envie de tomber enceinte ni d’allaiter, pas plus que je n’ai envie de voir une paire de couilles pousser entre les jambes de ma douce moitié…

Les tâches régaliennes de l’État sont-elles à ce point bien menées, que vous ressentiez le besoin d’outrepasser ce pour quoi le peuple vous a élu ? Ou est-ce le pouvoir qui vous monte à la tête avec une telle force que vous ressentiez le besoin de tout diriger, tout régenter, y compris à l’intérieur des chaumières de vos « sujets », tel un seigneur exerçant son droit de cuissage ?

Je respecte les femmes, je condamne les inégalités salariales ou pire encore les violences qui leur sont faites, je me battrai à vos côtés pour qu’une femme dépendante financièrement de son mari ne puisse pas se résigner à en être la prisonnière. Mais cette course effrénée à l’égalité parfaite a aussi ses travers représentés par des maux mots de plus en plus répandus : divorce, éclatement de la cellule familiale, éducation mono parentale, détresse des enfants…

Et sans vouloir noircir le tableau, veut-on vraiment une égalité parfaite ? N’est-ce pas le signe qu’une civilisation se porte bien quand les hommes ouvrent les portes aux femmes, quand ils les aident à s’assoir au restaurant, quand ils leur offrent un bouquet de fleurs, ou quand ils changent une roue crevée ?

N’est-ce pas aussi humain de voir une femme se régaler à préparer une tarte pour ses enfants pendant que son homme est vautré dans le canapé à regarder un bon match de rugby ? Et ne me rétorquez pas : « et pourquoi ce ne serait pas toi qui ferais la tarte et elle qui regarderait le match de rugby ? » Ben, pas sûr qu’elle voudrait…

Le véritable bonheur, Najat, c’est toutes ces petites choses sans nom et certainement pas l’assimilation des genres…Le véritable bonheur, Najat, ce n’est pas une loi applicable à tous qui peut le décréter. Une telle loi qui s’appliquerait à tous…c’est du totalitarisme.

Pour finir, je vous partage 2 références:

  • Les paroles de la chanson « Dégénérations » du groupe Québécois « Mes Aïeux »;
  • Un article d’une autre blogeuse : « Des mecs svp » dans « Les chroniques de la péteuse de broue »;
One Comment
  1. Oui encore un excès de pouvoir. Ils n’arriveront jamais à savoir se qu’est la démocratie. Ils ne savent vraiment plus pourquoi ils ont été élus. Ils se pensent maître de l’homme, au dessus de l’homme, des demi dieux. Le respect des différences pour un équilibre commun, ils ne connaissent pas.
    Ils pensent que leur pouvoir sur l’homme va leur permettre de rentrer leur nom dans l’histoire pour que l’on ne les oublies pas. En réalité c’est l’histoire de l’homme qui rentre dans notre cœur que l’on n’oublie pas. Ils sont incapable de trouver l’union car ils ne veulent que la division pour mener leur pouvoir.
    Une femme ne sera jamais l’égale de l’homme et le contraire non plus, heureusement. Ils se complètent, ils s’équilibrent et c’est possible seulement parce que cette différence existe.
    Je me souviens d’une période ou un regroupement de femmes revendiquaient le droit de travailler en usine, comme leurs maris. Elles ne voulaient plus rester a la maison pour être une soi-disant esclave du mari et qu’elles en avaient assez de torcher le cul de leurs enfants .Juste l’image qu’elles avaient de la famille me dit qu’elles n’avaient pas du choisir le bon mari et que leurs enfants n’étaient que des culs plein de merde.
    Oui je me souviens de ces paroles, qui pour moi ne reflétaient pas la pensée universel des femmes au foyer. Je n’ai jamais entendu se plaindre ma mère de sa situation d’épouse au sein de la famille. Je n’ai jamais entendu mon père reprocher à sa femme qu’elle ne ramenait pas d’argent pour le foyer. ils devaient tout simplement bien conscient de leurs rôles a tenir pour la conservation d’un noyaux familiale équilibré. Mon père était surement bien conscient de la tache et du travail que ma mère fournissait au travail de notre éducation et du bien être de la maison, de la famille…Je me souviens bien de la complicité qu’ils avaient dans notre éducation. Pour rien au monde ils auraient aimé changer tout cela pour de l’argent.
    Une minorité de femme qui n’avaient surement pas trouvé dans leur vie le bon mari sont partie au combat pour revendiquer leur droit personnel et non communautaire du travaille pour toutes les femmes.
    Cela a fait vite sourire certain hommes chef d’entreprise qui ont su satisfaire leur revendication et leur donner gain de cause pour profiter de la manne supplémentaire de main d’œuvre qui manquait a cet époque .Alors, ils ont fait travailler les femmes et on laissé les salaires des hommes stagnés dans les années qui on suivit pour payer les femmes. Car c’est comme la bourse moins la demande est forte et plus les prix baissent.
    Quel en a vraiment été le bénéfice pour ses femmes qui elles voulaient rester mère au foyer? Et bien elles n’avaient plus le choix d’aller travailler, elle aussi. C’est comme ça que ma mère est arrivée sur le marché de l’emploi à balayer les cages d’escalier des HLM pour arriver a combler ce manque financier et que nous les enfants étions livré a nous même au retour de l’école. Et oui leur époux ne ramenait plus assez d’argent, leur salaire n’évoluaient plus. Tous les problèmes actuel d’éducations, du manque de respect, de la délinquance des enfants, de la séparation des couples, du mal de vivre de nos enfants, cette équilibre de la famille est lié parce cette différence existe entre l’homme et la femme. Tout ça a été brisé par un petit groupe de meneuses qui n’avaient pas trouvé l’homme qu’elles auraient souhaité ou parce qu’elles auraient aimé être des hommes. Donc la base de ces revendications, vient d’une minorité déséquilibrée, qui revendique pour que nous soyons tous déséquilibrés. C’est la jalousie du bien être de l’autre.
    Non la femme ne sera jamais un homme et un homme une femme, mais a eux deux ils sont une force familiale incontestable.
    Nous savons bien que beaucoup de nouvelles lois sont créée par la revendication constante et combative d’une minorité et que de nouvelles règles en découles mais souvent elles contraignent la majorité pour le bien être d’une minorité. JE ne dis pas qu’elles sont toutes mauvaises ces revendications et que certaine femmes qui n’étaient pas dans le meilleur contexte familiale en ont pas tiré bénéfice .Mais pourquoi vouloir changer une majorité équilibré pour une minorité instable? Prenons plutôt le temps d’analyser chaque situation et éduquons-les au lieu de casser tout un équilibre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :