Skip to content

La justice par les Hommes, pour les Hommes

3 février 2011

Justice françaiseUn fait divers atroce et tragique en France lance une nouvelle fois le débat sur la récidive.

Le déchaînement médiatique et la grogne populaire poussent les dirigeants politiques à agir, pendant que d’autres leur reprochent de présenter une nouvelle loi à chaque fait divers qui émeut l’opinion ou de tenir des propos populistes.

Entre action et réflexion, entre raison et nécessité de poser des gestes concrets et efficaces, il y a effectivement un juste milieu à trouver en matière législative.

Il y a quelques jours, Laetitia, 18 ans, est morte. Un violeur récidiviste est soupçonné de l’avoir enlevée, violée puis assassinée. Nicolas Sarkozy a annoncé, lundi soir (31 janvier), qu’il n’y aurait pas de nouvelle loi, mais une série de mesures pour répondre à des manquements graves de l’aveu même de notre appareil judiciaire. Je ne commenterai pas l’affaire « Laetitia », même si elle me retourne le ventre, elle est encore loin d’être élucidée…

En revanche, 2 interventions me poussent à réagir et à pousser ce coup de gueule :

  • L’union syndicale des magistrats, dans un communiqué du même jour (31 janvier), se déclare « écoeurée » par les accusations de dysfonctionnements et de manquements. La descence voudrait que le terme « écoeuré » soit réservé à la famille de la victime…Et là je me retiens… L’USM évoque dans son communiqué le manque de « moyens » pour justifier ces manquements. Il est vraiment méchant monsieur « moyens » ! Mais à qui peut-on faire croire cela ? Et pourquoi ce corps de métier a t-il tant de difficultés à reconnaître ses erreurs et ses échecs, personne n’est parfait, le peuple comprend ça, mais il ne comprendra jamais l’arrogance et le mépris. Je voudrais revenir à notre bouc émissaire du jour : monsieur « moyens » et simplement partager 3 chiffres avec vous :

– Budget 2011 de la justice en France : 7 milliards d’euros

– Cela représente environ 100 euros par an et par français, y compris chaque enfant et chaque vieillard

– 40% d’augmentation du budget de la justice entre 2004 (5 milliards) et 2011 (7 milliards)

Et on trouve aussi les moyens de gaspiller, on continu à chercher des noises à Jacques Chirac, 78 ans, 42 années de vie politique au service de la France et des français, comme maire, député, ministre, 1er ministre et enfin, président de la république élu 2 fois au suffrage universel direct. Cela n’excuse bien évidemment pas tout, mais avant de s’en prendre au plus grand symbole de nos institutions, il y a des petites gens qui devraient prendre davantage la mesure de leur fonction, de leurs responsabilités et de leurs obligations. L’ego individuel ne devrait jamais l’emporter sur l’intérêt de la nation et sur l’ordre des priorités.

Si je suis opposé à ces poursuites contre l’ancien chef de l’état, je me limiterai dans ce billet à la question des moyens avancée par l’USM : Jacques Chirac est aujourd’hui poursuivi pour des faits qui datent d’il y a 15 ans environ et qui concernent des emplois fictifs à la mairie de Paris, toute une affaire d’état !!! Je ne connais pas le budget global de ces poursuites, mais ne nous dites pas que vous n’avez pas de moyens, et choisissez mieux vos priorités, une jeune fille de 18 ans s’est faite découper en morceaux !

Au risque d’être accusé de partisannerie, voici les interventions de 2 opposants à Jacques Chirac : Michel Rocard sur TV5 Monde, qui est très explicitement contre les poursuites dont l’ancien chef de l’état fait l’objet, et François Hollande sur France 2, qui sait habituellement être cinglant, mais ne peut cacher là un certain malaise vis à vis de cette affaire.

François Hollande

  • Vincent Peillon est l’auteur de la 2ème intervention qui me pousse à réagir. Toujours sur l’affaire Laetitia, à l’occasion de son passage chez Salut les terriens sur Canal +, Vincent Peillon s’est emporté en disant, je cite : « Est-ce qu’on fait la justice du point de vue de la victime ? Non ! Il ne faut pas juger en se mettant à la place de la victime. » Je suis bien évidemment d’accord avec le fait qu’il ne faille pas tomber dans le passionnel, il faut pouvoir rendre la justice de manière objective et sereine, il faut respecter la présomption d’innocence, bafouée à la 1ère occasion par certains politiques qui demandent aux ministres de démissionner au moindre article paru dans le Canard enchaîné. Le procès d’Outreau est bien vite tombé dans l’oubli…pourquoi ne pas ressortir le goudron, les plumes et la corde…

Du goudron et des plumesEn revanche M. Peillon, ce que je viens d’écrire est valable lorsque l’objectif est d’éviter les erreurs judiciaires et non pas pour victimiser les coupables. N’oubliez pas, M. Peillon, que c’est le peuple qui élit les députés, que les députés votent les lois au nom de ce même peuple et que les magistrats doivent rendre la justice pour le peuple. Elle doit-être indépendante du pouvoir exécutif et législatif, mais ne peut-être coupée des aspirations du peuple comme c’est trop souvent le cas depuis quelques années. Quand le peuple a le sentiment que les coupables ont plus de droit que les victimes, un examen de conscience s’impose…même lorsqu’on s’appelle Peillon !

À la mémoire des victimes…

Pour info additionnelles : Institut pour la Justice

One Comment
  1. Un lecteur vient de m’informer des travaux de l’Institut pour la Justice. Très intéressant, voici donc le lien : http://www.institutpourlajustice.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :